Elise

Paroles du morceau Elise

Quand je te prends dans mes bras le monde s’arrête, Les gens nous regardent et bougent la tête, Si par chance ils apprécient nos galipettes, Plus ou moins violentes, plus ou moins belles, Et je me sens coupable, minable, De te faire ta tête tous les jours, tous les soirs, Sans te demander ton avis, ton aval, Mais toutes mes couleuvres tu les avale, Yeah (hmmm) Tu fais vibrer mon corps et mes cordes vocales, Le plaisir de manier ton corps est colossal, On a créé un monde tous les deux et tu le sais, Tu m’appartient sur la durée, Je lime, je lime, jamais je m’arrête, Tu cries, je me dit que tu es honnête, Les voisins nous entendent, Le son transcende, Les murs et les gens, émoustille les sens, Elise, enceinte, je câble, je joue, De mes mains sur ton corps, oh oui, Elise se sent bien, sur mes genoux, Jamais nos étreintes ne t’éreintent, Elise, enceinte, je câble, je joue, De mes mains sur ton corps, oh oui, Elise se sent bien, sur mes genoux, Jamais nos étreintes ne t’éreintent… Je t’ai monté sur scène, plus d’une fois, Et sur un bateau en Seine-et-Marne, Tu es ma poupée de cire quand tu es sale, Et ma poupée de son quand je veux faire de l’art, Mais je me sers de toi, je pense que c’est clair, Je t’instrumentalise, Elise, J’ai aimé une femme qui se foutait de toi, Parfois le dimanche soir je cristallise, Sur toutes les brunes qui t’ont rencontrée, Et tous les hommes qui t’ont essayée, Qui m’ont dit du bien de toi, de tes formes, Et jalousé à cause d’une prose, J’aimerais tant te parler, mais tu restes de bois, Tu n’es pas tout le temps réceptive, Elise, Notre language est codé, je crois, Que tu aimes toutes les saloperies que j’écris sur toi, Elise, enceinte, je câble, je joue, De mes mains sur ton corps, oh oui, Elise se sent bien, sur mes genoux, Jamais nos étreintes ne t’éreintent, Elise, enceinte, je câble, je joue, De mes mains sur ton corps, oh oui, Elise se sent bien, sur mes genoux, Jamais nos étreintes ne t’éreintent…

Grimaud Bouveret